Différence entre la FIV et l’IIU

21.05.2021
Catégorie:
Différence entre la FIV et l’IIU
Dans cet article:

Le nombre de couples infertiles dans le monde augmente. Le nombre de mariages qui ne peuvent pas avoir d’enfants varie de 8 à 25% et n’a pas baissé ces dernières années. Dans la plupart des pays européens, environ 10% des couples sont infertiles, aux États-Unis – de 8 à 15% (selon l’état), au Canada – environ 17%, en Australie – plus de 15%.

Selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un couple marié infertile est celui dans lequel une femme ne peut tomber enceinte pendant 12 mois, avec une vie sexuelle régulière (2-3 fois par semaine) sans utiliser de contraception et sous âge de procréer.

Dans le même temps, avec une fréquence presque égale, il peut y avoir des facteurs masculins et féminins, et ces deux facteurs sont également souvent rencontrés.

Différentes méthodes de traitement sont utilisées pour différentes maladies. Certains des plus réussis sont la fécondation in vitro (FIV) et l’insémination intra-utérine (IIU).

Ce que c’est?

FIV – la fécondation in vitro (in vitro fertilization, insémination artificielle) est une méthode auxiliaire de fécondation. L’ovule d’une femme et le sperme d’un homme sont prélevés et fusionés à l’extérieur du corps. Ensuite, l’ovule fécondé est implanté dans l’utérus de la femme.

IIU (insémination intra-utérine) ou IAC (insémination artificielle avec sperme du conjoint). Il s’agit d’une méthode d’insémination artificielle, qui convient en cas de pathologie de l’homme. L’essence de cette procédure est la suivante: en laboratoire, un médecin sélectionne le sperme le plus actif et le plus sain d’un homme et l’aide à surmonter le chemin du col de l’utérus directement à l’ovule.

Différences entre la FIV et l’IIU

Bien que ces deux méthodes appartiennent à l’insémination artificielle, elles diffèrent à bien des égards. Les diagnostics pour lesquels vous pouvez utiliser, la procédure, les contre-indications et bien sûr la probabilité de tomber enceinte. Et maintenant, nous analyserons ces méthodes et la différence entre elles plus en détail.

Diagnostics pour lesquels ces méthodes doivent être appliquées

La FIV est le plus souvent prescrite pour les problèmes d’infertilité féminine en raison des diagnostics suivants:

  • Infertilité tubaire – obstruction des trompes de Fallope ou leur absence
  • Endométriose sévère – après un traitement médical ou chirurgical
  • Troubles endocriniens, si le traitement a été effectué pendant plus de 2 ans et n’a pas abouti
  • Maladie des ovaires polykystiques
  • Présence de corps antispermiques dans le corps d’une femme (caractéristique immunologique du corps)
  • L’infertilité, pour une raison inexpliquée, se produit lorsque les résultats de diagnostic sont normaux et que la grossesse ne se produit pas

Mais cette méthode convient également à l’infertilité masculine pour les raisons suivantes:

  • Faible activité des spermatozoïdes;
  • Faible nombre de spermatozoïdes.

À son tour, l’IAC est indiqué pour l’infertilité masculine et / ou pour des problèmes mineurs chez la femme. Les indications comprennent les diagnostics suivants:

De la part de l’homme

Le plus souvent, la procédure est prescrite aux couples dans lesquels l’homme a la cause de l’infertilité:

  • Subfertilité des spermatozoïdes – trop peu adaptés à la fécondation
  • Dysfonction éjaculatoire-sexuelle – manque d’éjaculation
  • Hypospermie – une petite quantité d’éjaculat
  • Azoospermie – absence complète de spermatozoïdes dans le sperme
  • Blessure ou maladie chronique des organes génitaux masculins

De la part de la femme

  • Facteur d’infertilité cervicale – dans lequel le col de l’utérus est incapable de transmettre les spermatozoïdes, en raison d’un traumatisme, d’une chirurgie, de polypes, de déformations
  • Vaginisme – un spasme des muscles vaginaux, qui se produit involontairement lorsqu’il y a peur des rapports sexuels
  • Allergies au sperme
  • Manque de col de l’utérus – à la suite de maladies passées
  • L’endométriose

Procédure

La prochaine différence sera dans la procédure. La procédure de fécondation in vitro est plus difficile, longue, invasive et la fécondation elle-même est complètement contrôlée par les médecins. Par conséquent, elle est considérée comme moins naturelle, parce qu’un médecin féconde un ovule dans un laboratoire.

La FIV comprend les étapes suivantes:

  • Stimulation ovarienne contrôlée;
  • Ponction et prélèvement d’ovocytes;
  • Obtention et préparation du sperme masculin;
  • Fécondation en laboratoire;
  • Emplacement de l’embryon dans l’utérus;
  • Aide à la grossesse jusqu’à l’accouchement;

Le protocole d’insémination intra-utérine est moins invasif et est considéré comme une manière plus naturelle, quoique artificielle, de tomber enceinte.

Étapes de la fécondation intra-utérine:

  • Collecte de sperme en dehors des rapports sexuels;
  • Sélection en conditions de laboratoire de spermatozoïdes à part entière;
  • À l’aide d’un cathéter spécial, les spermatozoïdes sont injectés dans l’utérus;
  • Contrôle de la grossesse;

Contre-indications

Étant donné que les deux méthodes sont l’insémination artificielle, elles présentent plusieurs contre-indications courantes, telles que les maladies infectieuses aiguës, les troubles mentaux et les maladies oncologiques de toute localisation. Mais aussi, il existe des différences de contre-indications.
Donc l’IAC ne peut pas être effectué:

  • Avec maladie ou absence de trompes de Fallope;
  • Maladie des ovaires polykystiques;
  • Tous les spermatozoïdes mâles sont pathologiques;
  • Après 4-5 tentatives infructueuses d’IAC;
  • Présence d’anticorps anti-spermiques dans le corps d’une femme.

Il existe de nombreuses contre-indications qui ne s’appliquent qu’à la FIV. Ils sont tous liés à des étapes:

  • Maladies endocriniennes chroniques à un stade sévère – lors de la stimulation ovarienne, il peut y avoir une complication;
  • Absence de réponse ovarienne à la stimulation.

L’efficacité de la méthode

En outre, ces méthodes se distinguent par leur efficacité. Le pourcentage de procédures réussies à l’IIU est donc d’environ 20 à 25%. La FIV, à son tour, donne 35 à 55% de tomber enceinte. Mais pour chaque couple, la possibilité sera différente. Étant donné que ces deux méthodes ont tant de facteurs qui affecteront le succès, ce sont: l’âge du couple, les résultats des examens, les conditions de santé, le nombre de tentatives précédemment. Il ne faut pas oublier que si la première tentative a échoué, il vaut la peine de continuer. Le médecin tirera des conclusions de la procédure précédente et effectuera des ajustements, et la prochaine tentative pourra fonctionner. Il convient également de noter que le coût de la procédure IAC est bien inférieur à celui de la FIV, ce qui est associé aux particularités de la procédure de fécondation in vitro.

Il est impératif de prendre en compte que la méthode de traitement de l’infertilité est proposée par un médecin de la reproduction. Après avoir passé tous les examens, consultations d’aures médecins, examen instrumental d’une femme et d’un homme, il indique quelles méthodes peuvent être appliquées à un couple spécifique, en faisant valoir sa position. Parfois, il arrive que les deux procédures soient possibles, puis le choix appartient déjà aux conjoints. Par conséquent, la méthode ne doit être choisie qu’après une étude complète.

Vous pouvez être intéressé par:
25.05.2021
Quels pays autorisent la gestation pour autrui pour les couples gay?
Y a-t-il une chance pour les couples de même sexe de participer au programme de maternité de substitution, dans quel pays vaut-il mieux chercher une mère porteuse?
LIRE LA SUITE
18.06.2020
FIV et GPA dans la religion islamique
Tout le monde sait que dans le monde actuel des religions, l'islam est l'une des religions les plus strictes, conservatrices et traditionnelles. Et en relation avec le développement rapide des technologies médicales, de nombreuses questions bioéthiques et religieuses se posent sur diverses procédures, méthodes de traitement etc.
LIRE LA SUITE
15.05.2020
Maternité de substitution aux États-Unis
Les États-Unis sont le premier pays au monde qui a utilisé la gestation pour autrui en vue de traiter l'infertilité. La première mère porteuse était une Américaine de l'Illinois, qui a porté le bébé pour les époux avec le problème de l’infertilité et a reçu une récompense monétaire.
LIRE LA SUITE