Relation génétique d’un enfant dans un programme de maternité de substitution

13.07.2021
Catégorie:
Relation génétique d’un enfant dans un programme de maternité de substitution
Dans cet article:

La maternité de substitution est une technologie de procréation assistée qui permet aux parents partiellement infertiles (il doit y avoir au moins le matériel génétique d’un parent) d’avoir un enfant génétiquement lié.

C’est un processus assez compliqué et long. Mais c’est lui qui aide avec des diagnostics si difficiles comme des malformations sévères de l’utérus, de fausses couches fréquentes, un fort déséquilibre hormonal qui ne peut pas être corrigé, l’absence totale de l’utérus ou des maladies oncologiques, lorsque la grossesse est contre-indiquée. La technologie permet à ces parents d’avoir leur enfant, sans risque pour la santé et la vie.

Malheureusement, il existe de nombreux mythes et désinformations sur la maternité de substitution, surtout quand il s’agit de la relation génétique de l’enfant.
La génétique est une nouvelle science qui ne fait que se développer. Mais aujourd’hui, elle peut répondre à ces questions.

Relation génétique entre l’enfant et la mère porteuse

L’enfant aura-t-il les gènes d’une mère porteuse ? Cette question intéresse de nombreux couples mariés qui envisagent de participer au programme de maternité de substitution. Afin de comprendre ce problème, vous devez comprendre comment le transfert de gènes se produit lors d’une fécondation physiologique simple.

Pour qu’une nouvelle vie humaine se forme, deux cellules sexuelles sont nécessaires : un spermatozoïde et un ovule. Chacun d’eux porte 50% de l’ensemble du code génétique de l’enfant à naître. Et lorsqu’elles se combinent pendant la fécondation, une toute nouvelle cellule se forme. On y trouve 50% de l’ADN de la mère et 50% des informations génétiques du père, respectivement, les traits externes, le caractère, le comportement et même les maladies seront les mêmes que ceux des parents. Des traits ou des maladies spécifiques dépendent du gène présent : si le père est sujet à l’obésité, mais pas la mère, alors l’enfant sera semblable à celui dont les gènes sont plus forts dans cette direction. Ainsi, l’enfant portera cette information génétique du moment de la conception à la fin de sa vie, en la transmettant à ses futurs enfants.

La gestation pour autrui est une méthode qui utilise les cellules des parents biologiques (si possible). L’ovule est prélevé de la mère et le sperme – du père. Ensuite, dans des conditions de laboratoire, la fécondation est effectuée, où un embryon déjà à part entière se développe pendant plusieurs jours. Et seulement après cela, il est placé dans l’utérus d’une mère porteuse. Ici, l’embryon est implanté dans la paroi et commence à se développer et à grandir. Ainsi, une mère porteuse porte et donne naissance à un enfant.
Comme on peut le voir, aucune information génétique d’une mère porteuse ne peut s’ajouter à celle existante car, après la fécondation, l’enfant a déjà son propre code génétique, qui est 50% de la mère et 50% du père. Une mère porteuse ne peut transférer que des nutriments et des micro-éléments utiles à un enfant que pour lui permettre de se développer à part entière.

L’influence d’une mère porteuse sur un enfant en gestation

Pourtant, la mère porteuse peut affecter le développement, l’état ou la vie de l’enfant. Il existe une barrière hémato-placentaire entre la mère porteuse et l’enfant, qui protège le bébé des substances nocives, des infections et d’autres choses qui flottent dans le sang de la mère. Sa tâche consiste à ignorer uniquement les oligoéléments utiles nécessaires à la croissance. Mais, malheureusement, il ne peut pas jeter toutes les substances nocives qui existent, par exemple, les particules de tabac, les métaux lourds, les médicaments, certains produits chimiques. Ils peuvent provoquer des malformations ou l’activation d’une maladie génétique qui a été mise dans les gènes des parents. De plus, il ne peut pas protéger contre tous les virus et bactéries. Ainsi, une mère porteuse peut infecter un enfant et il naîtra avec une maladie infectieuse.

Par conséquent, les agences de maternité de substitution abordent très attentivement la sélection d’une mère porteuse. Les femmes potentielles sont examinées complètement, toutes sortes de tests sont effectués. Ils surveillent également strictement son mode de vie. Il est interdit de fumer et de prendre de l’alcool pendant la grossesse. Et les femmes-toxicomanes ne sont jamais autorisées à participer au programme.

C’est pourquoi les parents qui souhaitent participer à la GPA doivent en prendre soin. Ils ne doivent contacter que des agences de confiance qui prennent en charge tous les diagnostics et le contrôle de la mère porteuse.

Attachement émotionnel d’une mère porteuse à un enfant

Bien sûr, comme toute femme qui porte un bébé pendant 9 mois, entend son cœur et ses mouvements, la mère porteuse s’inquiète pour lui. Mais ce ne sont que des soucis pour la vie et la santé de l’enfant, qu’elle doit mettre au monde et transmettre à ses parents.Aujourd’hui, la plupart des études montrent que 85 à 90 % des mères porteuses ne rencontrent aucune difficulté psychologique lors du transfert d’un enfant à des parents biologiques. Cela est dû à de nombreux facteurs.

Premièrement, une femme qui accepte volontairement de participer au programme se rend compte immédiatement que ce n’est pas son enfant et qu’elle devra le transmettre.
Deuxièmement, toutes les agences, avant d’enregistrer la mère porteuse dans la base de données, l’envoient en consultation chez un psychologue. Il lui parle, apprend les motivations, les expériences de vie et effectue également des tests spéciaux. Ainsi, il détermine si elle aura des problèmes après l’accouchement.

Troisièmement, avant de commencer le programme, la future mère porteuse suivra des cours et une formation spéciale, où elle apprend les détails du programme, les techniques d’auto-suggestion et comment ne pas s’attacher à l’enfant. Et aussi, si les premiers signes d’attachement psychologique à l’enfant apparaissent, la femme est référée à un psychologue qui conduit des séances de thérapie avec elle.

A qui ressemblera le bébé après l’accouchement ?

Les traits extérieurs de l’enfant sont façonnés par les gènes des parents biologiques. Ce sont eux qui déterminent la couleur des yeux, la forme du visage, le type de cheveux, la prédisposition à certains traits. L’enfant sera donc à 50 % comme le père et à 50 % comme la mère ou parfois ressemblera plus à un des parents. La mère porteuse, physiologiquement, ne peut pas lui transférer même une petite particule de son génome. Par conséquent, un enfant ne peut avoir aucune ressemblance avec une mère porteuse, à moins qu’elle n’ait des similitudes avec ses parents. Si la mère génétique et la mère porteuse ont des yeux bleus, cela ne signifie pas que l’enfant ressemble à la mère porteuse.
Parfois la mère porteuse peut être une des proches du couple, la sœur ou la tante. Dans ce cas, l’enfant aura ses traits caractéristiques, parce que ces traits sont inscrits dans le génome et non acquis d’une mère porteuse.

Faut-il faire un test ADN après l’accouchement ?

C’est une question intéressante posée par de nombreux parents. Selon la loi ukrainienne, à la fin des programmes de maternité de substitution les médecins doivent effectuer une analyse ADN de l’enfant et des parents biologiques. Ceci est fait pour que les parents soient sûrs que l’enfant est génétiquement identique à eux et pour les documents légaux.
Des dizaines d’études et d’expériences ont montré qu’un enfant a toujours été génétiquement identique à ses parents. Et pas un seul test au monde n’a montré de ressemblance avec une mère porteuse. Par conséquent, ne vous inquiétez pas que le test ADN ne montrera pas d’identité.

N’oubliez pas qu’un enfant héritera complètement tout de ses parents, des caractéristiques externes du caractère et des maladies génétiques. Du côté d’une mère porteuse, il peut contracter une maladie dans le seul cas si elle n’a pas adhéré à un mode de vie sain, a fumé et pris de l’alcool pendant la grossesse, ou elle est tombée malade d’une maladie infectieuse pendant cette période. Pourtant, cela est strictement surveillé par l’agence de maternité de substitution, qui surveille le comportement de la femme et effectue des diagnostics réguliers et complets de l’ensemble du corps.

Vous pouvez être intéressé par:
27.11.2020
Gestation pour autrui en Belgique
La gestation pour autrui en Belgique n'est pas réglementée par la loi, mais est activement pratiquée. La Belgique est l'un des pays où la GPA n'est en aucun cas réglementée au niveau législatif.
LIRE LA SUITE
16.12.2020
L'enfant le plus âgé du monde
Le 26 octobre, aux États-Unis, une fille est née à l’aide d’un embryon congelé depuis 28 ans. En 1992, un couple anonyme a subi une fécondation in vitro.
LIRE LA SUITE
13.07.2021
Relation génétique d'un enfant dans un programme de maternité de substitution
La maternité de substitution est une technologie de procréation assistée qui permet aux parents partiellement infertiles (il doit y avoir au moins le matériel génétique d'un parent) d'avoir un enfant génétiquement lié.
LIRE LA SUITE