Hormone anti-müllerienne et FIV

17.06.2020
Catégorie:

Un système de reproduction féminin est très dépendant de l’activité hormonale dans son organisme. Principalement, il suffit de faire quelques analyses de sang pour tirer des conclusions sur un système de reproduction féminin. L’hormone de régression müllerienne est l’une des hormones les plus importantes qui peut révéler une chance de tomber enceinte. C’est ce qu’on appelle l’indicateur de la santé reproductive d’une femme. Voyons pourquoi il est si important, sa norme dans le corps et s’il est possible de tomber enceinte avec une faible quantité de cette hormone.

Qu’est-ce que l’hormone anti-müllerienne?

L’hormone anti-müllerienne (AMH) est une protéine qui est contenue dans le corps féminin et masculin. Il s’agit d’un facteur de croissance transformant. Elle joue un rôle très important dans la période embryonnaire, lorsque les organes reproducteurs des deux sexes se développent. Elle est responsable de la différenciation du sexe des fœtus mâles et femelles.

Dans le corps féminin tout au long de la vie, le niveau d’AMH augmente pendant la maturation des follicules ovariens et est considéré comme le plus précis pour déterminer la fonction reproductrice des femmes. Selon son niveau dans le corps, il est possible avec une fiabilité maximale de dire le nombre d’ovules potentiellement fertiles.

Dans quels cas est-il conseillé de faire une analyse d’AMH?

Il existe diverses maladies et conditions pendant lesquelles le médecin prescrit d’être testé pour l’AMH.

Voici les plus courantes:

  • Suspicion de puberté prématurée ou retardée;
  • Mariage stérile;
  • Établissement du fait de la ménopause complète;
  • Suspicion de syndrome des ovaires polykystiques;
  • Surveillance des femmes atteintes d’oncologie;
  • Évaluation du système reproducteur des femmes;
  • Identification des causes des tentatives infructueuses de FIV.

Quels sont les résultats normaux de l’AMH?

Tout au long de la vie d’une femme, le niveau d’AMH change. Tout d’abord, vous devez vous souvenir qu’on passe cette analyse du troisième au cinquième jour du cycle menstruel et strictement à jeun.

Selon l’âge, la quantité d’AMH dans le corps d’une femme est:

  • jusqu’à 8 semaines – <0,02-0,49 ng / ml
  • jusqu’à 10 ans – 0,05-10,4 ng / ml
  • de 11 à 20 ans – 0,62-11,0 ng / ml
  • de 21 à 30 ans – 0,02-10,39 ng / ml
  • de 31 à 40 ans – 0,14-10,4 ng / ml
  • de 41 à 50 ans – 0,02-6,35 ng / ml
  • plus de 51 ans – 0,02-0,39 ng / ml.

Mais rappelez-vous que seul un médecin peut déchiffrer avec précision l’analyse et décrire l’état de la femme. C’est lui qui détermine ensuite la tactique de traitement.

Quelles sont les causes du faible niveau d’AMH?

En fonction de l’âge et des plaintes de la femme, les raisons peuvent être différentes. Ils doivent être pris en considération conjointement avec d’autres symptômes et résultats d’examens.

Il est également indispensable de bien calculer le jour de prélèvement, car le niveau d’AMH change tout au long du cycle menstruel, bien que légèrement, mais cela peut affecter le résultat final.

Les causes les plus courantes de la baisse de l’AMH:

  • Ménopause. Sa apparition peut être liée à l’âge et est considérée comme la norme ou prématurée.
  • Réserve de reproduction réduite. Un petit nombre d’ovules prêts pour la fécondation.
  • Développement sexuel retardé. Lors de la détermination dans l’enfance et l’adolescence.
  • Cycles anovulatoires. Le cycle dans lequel l’ovulation n’a pas eu lieu.
  • Infertilité de l’étiologie endocrinienne. En conjonction avec la détérioration de la production d’autres hormones.
  • Insuffisance ovarienne. Mauvaises habitudes, un grand nombre de grossesses précédemment.
  • Syndrome des ovaires polykystiques. Avec la formation du SOPK, leur fonction diminue et avec cela le niveau d’AMH est aussi en baisse.
  • Tumeur des organes du système reproducteur.

La FIV est-elle possible avec une faible AMH?

Un faible niveau d’hormone de régression müllérienne est une indication directe de l’utilisation de la technologie de reproduction médicalement assistée – la fécondation in vitro.

Étant donné que l’AMH affecte directement le développement des follicules, par conséquent, sa forte baisse exclut la fécondation de manière naturelle. Un ovule sain ne sort pas de l’ovaire. Malheureusement, augmenter le niveau d’AMH comme ça est impossible. Par conséquent, le médecin recommande la FIV avec stimulation ovarienne.

Au cours de cette procédure, une stimulation hormonale et médicamenteuse est effectuée, ce qui permet la formation et la ponction ultérieure d’ovules sains.

Pour ce faire, vous devez sélectionner soigneusement le protocole de stimulation, généralement un long protocole est sélectionné, avec de petites doses d’hormones. Ceci est fait pour éviter une hyperstimulation aiguë des ovaires. De plus, un protocole ICSI supplémentaire est souvent utilisé, plutôt qu’une simple fécondation in vitro.

Mais parfois, il arrive que même après la stimulation des ovaires, il n’est pas possible d’obtenir un résultat positif – il est impossible d’obtenir un ovule. Dans un tel cas, le médecin recommande l’utilisation de la fécondation in vitro avec des cellules de donneuse. Les chances de tomber enceinte et de porter un bébé sont beaucoup plus élevées.

Après chaque tentative de FIV, le médecin prescrira à nouveau une analyse pour déterminer l’AMH, afin de contrôler l’efficacité ovarienne et de corriger la prochaine tentative si la précédente a échoué.

N’oubliez pas que tous les indicateurs et situations sont strictement individuels. Le médecin choisit le protocole et la méthode de traitement dans chaque distinct cas, en fonction des résultats des tests et de l’état général du corps de la femme.

Afin de connaître l’état de vos ovules, passez un test d’AMH maintenant et obtenez des conseils professionnels.

  • Rétroaction

    La parentalité peut soulever de nombreuses questions, incertitudes et préoccupations. Ne vous inquiétez pas. Nos connaissances et notre expérience ont déjà aidé les couples à faire la lumière sur tous les aspects de cette question. Avec notre aide et nos conseils, vous deviendrez facilement l’un d’eux – les parents heureux.

  • Vous pouvez être intéressé par:
    02.09.2020
    FIV et surpoids
    On sait depuis longtemps que le surpoids peut être la cause de nombreux problèmes de santé. Et le système reproducteur d’une femme ne fait pas exception, car de nombreuses études montrent que le surpoids est souvent la raison des tentatives infructueuses de fécondation et de grossesse en général.
    LIRE LA SUITE
    30.04.2020
    Pour ou contre la FIV
    Aujourd’hui, pas toutes les femmes ont la chance de devenir mère en raison de divers problèmes de santé, d’une mauvaise écologie et d’autres facteurs défavorables qui affectent d’une certaine manière le système reproductif. De plus en plus, on peut entendre la question «quelle est l’efficacité de la fécondation in vitro?».
    LIRE LA SUITE
    04.12.2014
    ICSI, IMSI, PICSI
    Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) est injection d’un seul spermatozoïde dans le cytoplasme d’ovule mûr, en vue de sa fécondation. L’utilisation ICSI a besoin d’un sperme sur un ovule, et sans l’utilisation de cette technique de 50 000 à 100 000 spermatozoïdes.
    LIRE LA SUITE
    Demande de rappel
    * Champs requis