Procédure ICSI : caractéristiques et possibilités

02.03.2022
Catégorie:
Procédure ICSI : caractéristiques et possibilités
Dans cet article:

La médecine reproductive moderne évolue constamment et trouve de nouvelles solutions à divers problèmes liés à la conception et à la grossesse. La fécondation in vitro est le traitement le plus courant des dysfonctions sexuelles. Le protocole de FIV est utilisé si la raison de la non-occurrence de la grossesse réside dans le corps de la femme. Si le problème réside dans la mauvaise qualité du sperme, une procédure ICSI est prescrite.

Qu’est-ce que la procédure ICSI et en quoi diffère-t-elle de la FIV ?

Pour l’insémination artificielle selon le protocole de FIV, un ovule est prélevé et combiné avec du sperme in vitro. Le processus élimine pratiquement l’influence des facteurs négatifs qui, dans des conditions naturelles, empêchaient la conception. Après avoir reçu l’embryon, il est placé dans le corps de la femme et, s’il est correctement fixé à la paroi de l’utérus, une grossesse se produit.

L’injection intracytoplasmique est également une méthode de traitement de l’infertilité. Il est utilisé en cas de mauvaise qualité des cellules germinales du futur père. Au cours de la procédure, l’embryologiste sélectionne le sperme le plus viable et le plus fort et le micro-injecte dans l’ovule.

L’ICSI est utilisée comme technique auxiliaire qui augmente l’efficacité de la FIV, la comparaison de ces techniques n’est donc pas tout à fait correcte. Dans le même temps, la différence fondamentale entre la technologie FIV-ICSI est que l’un, le spermatozoïde le plus approprié, est spécialement sélectionné pour la fécondation. Alors que dans l’insémination artificielle habituelle, une quantité énorme des spermatozoïdes est prélevée et la conception se produit à partir de spermatozoïdes aléatoires.

Dans quels cas la procédure de FIV par injection intracytoplasmique est-elle nécessaire et quelles sont ses contre-indications ?

Les données statistiques sur l’utilisation du programme FIV-ICSI montrent de meilleurs résultats que la FIV classique. Les médecins recommandent une combinaison de ces méthodes :

  • pour le traitement de l’infertilité, dont la cause réside dans la mauvaise qualité du sperme;
  • pour les femmes de plus de 40 ans;
  • lorsque l’efficacité de la fertilisation classique en laboratoire est inférieure à 50 % ;
  • avec endométriose et facteur immunologique d’infertilité.

Le traitement de l’infertilité, qui utilise la méthode de fécondation in vitro avec la procédure d’injection intracytoplasmique, est également prescrit dans les cas où :

  • il y a une répétition de protocoles de FIV infructueux ;
  • il y a une activité motrice réduite des spermatozoïdes;
  • il y a une quantité insuffisante de sperme dans l’éjaculat;
  • dans le sperme, il y a moins de 5 % des formes normales de spermatozoïdes ;
  • il y a une maladie du tractus séminal;
  • le patient a des anticorps anti-spermatozoïdes.

Avant de commencer le protocole ICSI, le médecin donne une référence pour des études génétiques, car les pathologies de l’appareil reproducteur masculin peuvent être héréditaires. En outre, le médecin prescrit le diagnostic génétique préimplantatoire de l’embryon pour identifier d’éventuelles maladies chromosomiques.
La procédure de FIV-ICSI est un processus complexe qui nécessite une préparation sérieuse du patient. Lors de la mise en œuvre de cette technologie, il y a une forte charge sur le corps.

Par conséquent, la méthode est contre-indiquée pour les personnes atteintes de telles maladies comme :

  • néoplasmes malins;
  • troubles mentaux graves;
  • anomalies somatiques complexes;
  • infection par le VIH ;
  • maladies oncologiques du sang;
  • anomalies dans le développement de l’utérus, qui rendent impossible de porter un enfant;
  • diabète sucré sévère;
  • anémie sévère;
  • maladies des systèmes circulatoire et nerveux.

Dans chaque cas, la décision d’effectuer la méthode d’injection intracytoplasmique est prise par le médecin individuellement, en fonction des caractéristiques du patient.

Caractéristiques de la technologie ICSI

Toutes les procédures utilisées en médecine de la reproduction et en embryologie nécessitent des connaissances et des compétences particulières d’un spécialiste. Des appareils et des outils spéciaux sont également nécessaires pour le travail. La procédure ICSI est réalisée sous un microscope. L’embryologiste impliqué dans l’insémination artificielle doit être le plus attentif et le plus précis possible, car le succès de l’injection intracytoplasmique en dépend. Pour travailler avec les ovules et les spermatozoïdes, des micro-instruments spéciaux en verre (micro-aiguille et micro-ventouse) sont utilisés, qui permettent de pénétrer au milieu de la cellule sans l’endommager. Ils sont attachés à des manipulateurs spéciaux contrôlés par l’embryologiste. Les spermatozoïdes obtenus à partir de l’éjaculat sont examinés par un médecin, après quoi le spermatozoïde le plus rapide et morphologiquement correct est sélectionné.

Étapes de la procédure de fécondation in vitro avec microinjection

La technologie ECO-ICSI par jour comprend les étapes suivantes :

  • stimulation des glandes sexuelles féminines avec des médicaments hormonaux;
  • extraction de l’ovule des follicules;
  • sélection des cellules germinales du futur père;
  • fécondation par micro-injection ;
  • transfert de l’embryon dans le corps de la femme.

La méthode d’injection intracytoplasmique elle-même comprend les étapes suivantes :

  • immobilisation du spermatozoïde en interrompant sa queue avec une micro-aiguille ;
  • aspiration du sperme dans la micro-aiguille ;
  • fixation de l’ovocyte sur la micro-ventouse ;
  • percer la coquille de l’œuf avec une micro-aiguille et introduire un spermatozoïde dans la cellule.

L’insémination artificielle utilisant la méthode ICSI permet aux médecins de contrôler au maximum le processus de conception. Grâce à la sélection rigoureuse des cellules germinales les plus appropriées des femmes et des hommes, ainsi qu’à une fécondation « ciblée », la procédure d’injection intracytoplasmique montre des résultats au niveau de la FIV classique, même chez les patients souffrant d’infertilité masculine sévère.

Coût de la procédure ICSI

Pour de nombreuses familles, la méthode FIV-ICSI est le seul moyen de donner naissance à un bébé tant attendu. Intéressé par les détails de la FIV avec injection intracytoplasmique, le couple doit comprendre que les technologies sophistiquées utilisées pour lutter contre l’infertilité ne peuvent pas être bon marché. Outre les manipulations spécifiques effectuées par des spécialistes hautement qualifiés dotés de compétences particulières, l’équipement spécial et le soutien médical nécessaires pour préparer le corps à la procédure de FIV-ICSI sont également coûteux. Le prix final de la procédure dépend du nombre de services prescrits par le médecin, en fonction des examens et des diagnostics effectués.

Facteurs affectant le succès de l’ICSI

La pratique mondiale de la FIV-ICSI montre que cette technique permet d’obtenir une fécondation dans 20 à 60% des procédures effectuées et, dans certains cas, son efficacité est de 80%.
Après ICSI, le pourcentage d’ovules fécondés est d’environ 70 %. Et le risque qu’aucun ovule ne soit fécondé est inférieur à 5 %. Dans ce cas, la probabilité de développement normal des embryons résultants est égale à 90-95%.
Le succès de la technologie dépend directement de la santé et du mode de vie du couple. Le surpoids, le stress, le tabagisme, la consommation d’alcool affectent négativement l’état des cellules germinales des futurs parents.

Cela affecte également :

  • âge;
  • fond hormonal des patients;
  • présence de comorbidités.

La qualité des cellules germinales et l’état du système reproducteur féminin sont particulièrement importants. Les ovocytes résultants doivent être sains et viables, et l’endomètre utérin doit être prêt pour l’implantation d’embryons.
Un facteur important pour obtenir le résultat souhaité avec l’ICSI est la capacité de l’embryologiste à fournir aux cellules des conditions optimales pour leur existence normale. Le régime de température est particulièrement important. Dans des conditions de conception naturelle, l’ovule se déplace vers l’utérus à 37 degrés Celsius. Par conséquent, il est très important pour la fertilisation dans des conditions artificielles d’assurer le régime de température souhaité.

Il y a une vingtaine d’années, seul le sperme d’un donneur était utilisé pour les formes graves d’infertilité masculine. Aujourd’hui, grâce à l’ICSI, des milliers de couples sont devenus les heureux parents d’un enfant génétiquement natif !

Vous pouvez être intéressé par:
Que se passe-t-il après la fécondation de l’ovule? 11.06.2016
Que se passe-t-il après la fécondation de l’ovule?
Peu de temps après la fécondation de l’ovule, le médecin nomme le jour du transfert de l’embryon dans l’utérus. Ce processus est réalisé sous la surveillance méticuleuse de l’embryologiste 2 à 5 jours après la fécondation in vitro. Après cela, beaucoup de femmes ne savent pas comment se comporter dans les deux prochaines semaines.
Lire la suite
Hormone anti-müllerienne et FIV 17.06.2020
Hormone anti-müllerienne et FIV
Un système de reproduction féminin est très dépendant de l'activité hormonale dans son organisme. Principalement, il suffit de faire quelques analyses de sang pour tirer des conclusions sur un système de reproduction féminin.
Lire la suite
Qu’est-ce que le syndrome de Rokitansky-Kustner-Mayer-Hauser (MRKH) ? 17.03.2022
Qu’est-ce que le syndrome de Rokitansky-Kustner-Mayer-Hauser (MRKH) ?
L'absence complète de l'utérus et de la partie supérieure du vagin est connue en médecine sous le nom de syndrome de Mayer-Rokitansky-Küstner-Hauser. Il porte le nom de quatre médecins qui, au XIXe siècle, ont révélé un état pathologique - une aplasie du vagin et de l'utérus, mais en même temps la sécurité et le fonctionnement normal des ovaires. La pathologie est assez rare et est diagnostiquée dans 1 cas pour 5 000 filles nouveau-nées. Elle se manifeste tout d'abord par l'absence de menstruation et est diagnostiquée par des méthodes matérielles. Le traitement est essentiellement chirurgical.
Lire la suite