FIV et GPA dans la religion islamique

18.06.2020
Catégorie:

Qu’est-ce qui est permis et qu’est-ce qui ne l’est pas?

Tout le monde sait que dans le monde actuel des religions, l’islam est l’une des religions les plus strictes, conservatrices et traditionnelles. Et en relation avec le développement rapide des technologies médicales, de nombreuses questions bioéthiques et religieuses se posent sur diverses procédures, méthodes de traitement etc.

Donc, un fait intéressant est que seule une femme peut effectuer un examen gynécologique d’une autre femme, mais dans des cas extrêmes, un homme peut le faire, sous la supervision de son mari et tout commenter sur ce qu’il fera.

Mais maintenant, de plus en plus de couples infertiles apparaissent dans le monde et, par conséquent, la médecine ne s’arrête pas et propose différentes méthodes de traitement. Les plus controversées sont la fécondation in vitro et la gestation pour autrui. Et dans cet article, nous discuterons plus en détail de la façon dont l’islam traite ces procédures et les soutient aujourd’hui.

L’Islam dit que le désir d’avoir des enfants est tout à fait naturel. Et dans le Coran, il est écrit que «la richesse et les descendants sont les bijoux pour la vie de ce monde» que signifie directement – pour une famille, l’essentiel est d’avoir un avenir financier complet et leurs enfants.

L’insémination artificielle n’est pas mentionnée dans les sources primaires de la charia. Cependant, lorsqu’il n’est pas possible de tomber enceinte ou d’accoucher, l’Islam encourage le traitement, d’autant plus que l’adoption n’est pas une solution acceptable. La responsabilité du médecin est d’aider le couple infertile à réussir la fécondation, la conception et l’accouchement.

L’islam a une forte influence et met l’accent sans ambiguïté sur les taux de natalité élevés. Par conséquent, la question de trouver des médicaments contre l’infertilité est non seulement acceptable, mais également encouragée dans l’islam. En droit islamique, toutes les technologies de procréation médicalement assistée sont autorisées, mais il existe plusieurs conditions et règles très strictes lors de sa mise en œuvre. Tous sont approuvés par les lois religieuses et juridiques et sont clairement énoncés dans le code islamique d’éthique médicale.

  1. L’utilisation des technologies de procréation médicalement assistée peut être strictement pour des raisons médicales, c’est-à-dire uniquement après l’établissement d’un diagnostic d’infertilité (masculine ou féminine). Ainsi, en Islam, il est interdit d’utiliser la FIV si une femme veut simplement se débarrasser des «soucis» de la grossesse et de l’accouchement.
  2. Seuls les couples à part entière dont le mariage est approuvé par la charia peuvent demander de l’aide.
  3. Le sperme et les ovules ne peuvent provenir que d’un couple légalement marié. Il est interdit d’utiliser du matériel biologique d’un tiers. Autrement dit, les cellules de donneur ne peuvent pas être utilisées pour la fécondation.
  4. Il est interdit aux femmes célibataires d’utiliser la fécondation in vitro. Aussi la loi islamique interdit strictement ces procédures pour les couples lesbiens et homosexuels. Ceci est considéré comme un grand péché.
  5. L’islam autorise la congélation d’embryons fécondés. Mais seul le même couple peut les utiliser, et s’ils sont toujours mariés. Une femme ou un homme n’a pas le droit d’utiliser des embryons congelés après le divorce ou la mort de l’un d’eux. Il est interdit de transmettre les embryons à un autre couple.
  6. On peut congeler le sperme ou l’ovule, par exemple, avant de subir une chimiothérapie. Mais il est interdit de les utiliser après le divorce ou le décès. Autrement dit, on ne peut pas les transmettre en héritage.

Ainsi, vous pouvez voir que l’islam est fidèle à l’utilisation de la fécondation in vitro, mais avec ses propres règles et lois auxquelles les médecins adhèrent strictement. Mais en vertu du fait que les technologies modernes se développent et que de nombreux aspects ne sont pas explicités dans les traités religieux, l’islam s’adapte aux exigences du présent. Et un bon exemple est l’Iran. C’est le seul pays musulman dans lequel les organismes religieux ont légalisé et adopté les lois qui autorisent l’utilisation de don de gamètes, mais uniquement sous une forme altruiste, c’est-à-dire qu’il est interdit de recevoir une rémunération pour ça. Cela est confirmé par la fatwa émise par le chef de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, à la fin des années 1990. Dans les cliniques iraniennes suivant les mots de Khamenei, le don d’ovocytes, de sperme ou d’embryons est possible. Bien qu’il reste une règle qui autorise leur utilisation pour la fécondation in vitro uniquement pour des raisons médicales, après l’établissement de l’infertilité.

Gestation pour autrui dans la religion islamique

Et bien que l’apparition des enfants dans le mariage soit l’une des choses les plus importantes de l’islam, la maternité de substitution, ou «location de l’utérus», comme on l’appelle également, est interdite dans 90% des pays musulmans. Elle fonctionne avec une interdiction du don de sperme, d’ovocytes et d’embryons. Cette interdiction est expliquée par le fait qu’une femme reçoit le matériel génétique d’un homme avec lequel elle n’est pas mariée, et en conséquence cela est considéré comme un péché.

Dans l’un des versets du Coran, il est écrit «Personne ne peut être leur mère, à l’exception de celles qui leur ont donné naissance».

Au cours d’une période, la Fatwa du Conseil islamique de la Mecque a été publiée, ce qui autorise la gestation pour autrui, mais uniquement si l’embryon appartient à un couple marié et la mère porteuse seulement porte l’enfant. Mais un an plus tard, elle a été retirée et envoyée pour révision. Tout ça parce que le Coran dit que chaque enfant a le droit à l’identification des parents, et la maternité de substitution a semé la confusion dans cette question.

Mais bien sûr, il y a des exceptions à la règle en la matière. En Iran, avec le don de gamètes, la gestation pour autrui est également autorisée, mais sans aucun avantage commercial pour la mère porteuse. Et tout aussi strictement pour des raisons médicales et uniquement pour un couple marié.

Ainsi, vous pouvez voir que même une religion aussi stricte que l’islam atténue ses vues sur la fécondation in vitro et la gestation pour autrui. Cela est principalement dû au fait que, néanmoins, la naissance d’un enfant et le bien-être dans la famille passent avant tout.

Et cela est confirmé par de nombreux couples musulmans qui se tournent vers notre centre de maternité de substitution VittoriaVita pour obtenir de l’aide.

  • Rétroaction

    La parentalité peut soulever de nombreuses questions, incertitudes et préoccupations. Ne vous inquiétez pas. Nos connaissances et notre expérience ont déjà aidé les couples à faire la lumière sur tous les aspects de cette question. Avec notre aide et nos conseils, vous deviendrez facilement l’un d’eux – les parents heureux.

  • Vous pouvez être intéressé par:
    10.08.2018
    La maternité de substitution en Ukraine est interdite?
    Au cours des deux derniers mois, il y a eu beaucoup de bruit autour des programmes de maternité de substitution en Ukraine. La raison de ce pic est due de nouveaux détails sur l’un des programmes de maternité de substitution qui a été menée dans la clinique « BioTexCom » il y a 7 ans.
    LIRE LA SUITE
    25.05.2020
    Gestation pour autrui: Avantages et Inconvénients
    La gestation pour autrui est l'une des principales réalisations de l'humanité. Tout au long de l'histoire, l'infertilité a été un problème répandu dans l'ensemble du monde. Une femme sur six ne peut pas avoir d'enfants pour des raisons médicales, et il n'est pas surprenant que de plus en plus de familles choisissent ce type de fécondation.
    LIRE LA SUITE
    13.05.2020
    Maternité de substitution au Danemark
    Le Danemark est un pays leader en termes de nombre d'enfants nés grâce à la procréation médicalement assistée (environ 10% du nombre total de bébés). Mais en ce qui concerne la gestation pour autrui, les choses ne sont pas aussi bonnes ici qu'avec la FIV. Expliquons pourquoi.
    LIRE LA SUITE
    Demande de rappel
    * Champs requis