Hormone de stimulation de follicule

17.08.2021
Catégorie:
Hormone de stimulation de follicule
Dans cet article:

Qu’est-ce que l’hormone folliculostimulante ?

L’hormone folliculostimulante (FSH) est une hormone gonadotrope glycoprotéique qui se forme dans l’hypophyse antérieure. Il est considéré comme l’une des principales méthodes de diagnostic des maladies de l’appareil reproducteur, non seulement chez les femmes, mais aussi chez les hommes.

Dans le corps féminin, la FSH favorise le développement des follicules ovariens et ovulaires dans la première phase du cycle, la croissance de l’endomètre, la formation d’œstrogènes et la synthèse de cellules d’œstradiol granulosa. Chez les jeunes filles, l’hormone est responsable de la puberté, du développement et de la croissance de la fille pendant la puberté.

Chez l’homme, l’hormone folliculo-stimulante active une augmentation de la synthèse de testostérone, le développement des tubules séminifères et la maturation des spermatozoïdes. Les hommes peuvent être testés pour la FSH n’importe quel jour qui leur convient, et les femmes doivent suivre des règles distinctes. Il faut se présenter au laboratoire le matin, 4 à 6 jours après le début du cycle. Cela est dû au fait que le niveau normal d’hormone folliculo-stimulante change tout au long du cycle féminin. De plus, sa libération s’effectue par impulsions, environ toutes les 3 heures et dépend des indicateurs d’autres hormones sexuelles dans le sang.

Il est nécessaire de donner du sang strictement à jeun. 3 jours avant le diagnostic, il faut arrêter de fumer, de boire de l’alcool, de faire du sport et de prendre des médicaments hormonaux.

Quand le test FSH est-il prescrit ?

L’analyse de la FSH dans le sang permet d’établir le niveau de déséquilibre de la régulation hormonale. Il peut être primaire (dommages directs aux glandes sécrétoires) et secondaire (violation du système hypothalamo-hypophysaire).

Les principales indications pour faire cette analyse sont le diagnostic d’infertilité et les pathologies de la spermatogenèse. Elle est également utilisée pour indiquer la cause de la puberté précoce ou de son retard de développement chez les enfants et les adolescents, lors de troubles menstruels (anovulation, oligoménorrhée et aménorrhée), d’anomalies congénitales chromosomiques et pour vérifier l’efficacité de l’hormonothérapie.

Taux de FSH chez les hommes et les femmes

L’interprétation des indicateurs de recherche est effectuée exclusivement pour un spécialiste et cela n’est pas considéré comme un diagnostic à part entière. Par conséquent, il est impossible d’effectuer un auto-traitement, il ne faut que suivre les recommandations d’un médecin.

La FSH est considérée comme une hormone instable et les niveaux changent régulièrement en fonction de l’âge, de la santé et d’autres facteurs. Normalement, chez les enfants, le niveau d’hormone folliculo-stimulante est augmenté dès la naissance, mais diminue ensuite fortement. Chez les garçons le niveau diminue en environ 6 mois et chez les filles en environ 1 à 2 ans. Sa croissance répétée est déjà observée à la veille de la puberté, ce qui entraîne également une augmentation de la concentration d’hormones sexuelles.

Pour les garçons âgés de 0 à 18 ans, la limite normale est considérée comme étant de 0,03 à 3,9 mOd / ml et de plus de 18 ans à 0,95 à 11,95 mOd / ml. Après le début de la puberté chez l’homme, la concentration de FSH est relativement constante. Quant au corps féminin, jusqu’à 3 ans, le taux de FSH dans le sang est de 0,11-13 mO / ml, de 3 à 9 ans – 0,11-1,6 mO / ml.

Il faut noter qu’avant le début de la puberté, la quantité d’hormone dans le corps d’une femme est faible, puis son niveau augmente fortement. La FSH stimule la formation de caractéristiques sexuelles secondaires chez les filles, déclenche également le développement des ovules et affecte la menstruation. L’ovulation (la libération d’un ovule du follicule) contribue à une forte augmentation de la concentration de FSH avec la LH (hormone lutéinisante).

Par conséquent, la quantité de l’hormone folliculo-stimulante dépend du cycle menstruel :

  • Phase folliculaire : 3,03-8,08 mOd/ml ;
  • Phase ovulatoire : 2,55-16,69 mOd/ml ;
  • Phase lutéale : 1,38-5,47 mOd/ml ;
  • Postménopause : 26,72-133,41 mOd/ml ;

Une quantité élevée de gonadotrophines, en combinaison avec un faible niveau de stéroïdes sexuels, indique une fonction inférieure des glandes sexuelles. Et une augmentation confirme leur pathologie primaire.

Augmentation de niveau d’hormone folliculo-stimulante

Dans un état normal, une augmentation de taux de FSH se produit exclusivement pendant la ménopause.

Dans d’autres cas, son augmentation indique de telles pathologies:

  • hypogonadisme primaire (insuffisance testiculaire congénitale ou acquise chez l’homme) ;
  • hypogonadisme hypergonadotrope (chez la femme) ;
  • insuffisance ovarienne prématurée (apparition précoce de la ménopause) ;
  • une petite réserve folliculaire (manque d’ovules immatures dans les ovaires) ;
  • orchite. Le processus inflammatoire dans les tissus testiculaires des testicules est causé par une nature ou une blessure bactérienne, virale;
  • insuffisance des fonctions des glandes sexuelles quelle que soit la cause;
  • dysgénésie gonadique. Il s’agit d’un trouble congénital anormal du développement du système reproducteur chez les hommes et les femmes;
  • le syndrome de Klinefelter. Une maladie génétique qui survient chez les hommes, en raison de la présence d’un chromosome sexuel X supplémentaire dans leur ADN ;
  • les tumeurs hypophysaires sécrétant des gonadotrophines ;
  • dommages au tissu testiculaire dans l’alcoolisme;
  • saignements utérins anormaux ;
  • intoxication du corps;
  • résistance à la gonadotrophine ;
  • influence des rayons X ;
  • prise incontrôlée de médicaments : libérine, kétoconazole, lévodopa, clonidine, nafaréline, naloxone, phénytoïne, pravastatine, cimétidine et autres.

L’augmentation de la FSH est également possible dans le contexte de changements émotionnels ou si la femme a subi un stress sévère.

La plupart de ces maladies s’accompagnent de la présence d’infertilité. Par conséquent, l’analyse de la FSH est considérée comme l’une des premières à diagnostiquer et à déterminer la cause.

Faibles niveaux de FSH

Des valeurs faibles confirment un dysfonctionnement de l’hypothalamus ou de l’hypophyse. L’analyse de la FSH elle-même suggère que la composition de l’hormone dans le sang est abaissée.

Ceci est typique pour:

  • hyperprolactinémie. Une augmentation de l’hormone prolactine dans le sang;
  • aménorrhée hypothalamique secondaire ;
  • une forte perte de poids corporel ;
  • jeûne prolongé;
  • nanisme hypophysaire. Arrêt de la production d’hormone de croissance – somatotrophine ;
  • hypogonadisme hypogonadotrope ;
  • obésité;
  • syndrome des ovaires polykystiques. Elle se caractérise par une modification de la structure des ovaires et leur dysfonctionnement ;
  • le syndrome de Sheehan. Nécrose post-partum de l’hypophyse ;
  • le syndrome de Kallman. Une maladie génétique qui provoque un retard de puberté et des dommages à l’odorat ;
  • hypofonction de l’hypophyse et de l’hypothalamus ;
  • prise non contrôlée de stéroïdes anabolisants, carbamazépine, danazol, corticostéroïdes, œstrogènes, contraceptifs oraux combinés (COC) et autres.

Hormone folliculo-stimulante chez les femmes ménopausées

Avec l’âge, la fonction des ovaires s’estompe, les hormones dans le sang diminuent, la fonction de reproduction d’une femme est désactivée et la ménopause survient. Pendant cette période, la concentration de FSH, comme l’hormone lutéinisante, augmente. Et normalement c’est 25,8-134,8 mOd/ml.

Cela est dû au fait que des changements se produisent dans le corps d’une femme et en réponse à une diminution de l’œstradiol (la principale hormone sexuelle d’une femme), le niveau de FSH augmente. Mais son niveau doit toujours être surveillé en permanence, car un doublement du niveau (que le niveau moyen de FSH d’une femme en âge de procréer) peut indiquer un problème.

Vous pouvez être intéressé par:
Infertilité après avortement 22.12.2021
Infertilité après avortement
Si une femme a déjà subi un avortement au moins une fois, à l'avenir, sa probabilité d'infertilité augmente. L'interruption de grossesse est possible à la demande personnelle ou afin de préserver la santé de la femme en cas d’un développement anormal du fœtus.
Lire la suite
Spermogramme 12.05.2021
Spermogramme
Le nombre de couples infertiles ne cesse de croître depuis 20 ans. Il y a une idée fausse que la plupart d'entre eux ne peuvent pas avoir d'enfants en raison des problèmes de santé des femmes. Mais selon les recherches, l'infertilité masculine ne se produit pas moins que l'infertilité féminine, dans 50% des cas. Par conséquent, ne sous-estimez pas les problèmes de santé des hommes.
Lire la suite
Traitement de l’infertilité 05.01.2015
Traitement de l’infertilité
Female infertility is much more serious than the male one, since a woman’s reproductive system should not only produce a mature egg, but also create favorable conditions for conception and the entire pregnancy.
Lire la suite