Infertilité après avortement

22.12.2021
Catégorie:
Infertilité après avortement
Dans cet article:

Si une femme a déjà subi un avortement au moins une fois, à l’avenir, sa probabilité d’infertilité augmente. L’interruption de grossesse est possible à la demande personnelle ou afin de préserver la santé de la femme en cas d’un développement anormal du fœtus. Le risque est déterminé par le type d’avortement et le stade auquel il a été effectué, ainsi que par le respect des recommandations médicales. Si ce problème survient, les couples infertiles peuvent suivre un traitement. Si elle s’avère inefficace, diverses méthodes de fécondation in vitro ou de gestation pour autrui sont utilisées.

Qu’est-ce que l’avortement et ses types

L’avortement désigne l’interruption de grossesse, qui peut être spontanée ou provoquée. La procédure est la plus sûre que possible pour le corps féminin lorsqu’elle est effectuée dans un établissement médical par des spécialistes qualifiés, alors que la période ne dépasse pas 8 semaines. Malgré le fait que l’interruption de grossesse soit autorisée par la loi (avec certaines restrictions), de nombreuses femmes tentent de se sortir d’une situation indésirable par elles-mêmes, ce qui entraîne de graves complications, notamment l’incapacité d’avoir des enfants à l’avenir.

La probabilité d’infertilité après un avortement dépend en grande partie de son type:

  • Interruption médicale ou pharmacothérapie réalisée au cours du premier trimestre (jusqu’à 6 semaines). Une fausse couche spontanée survient à la suite de l’utilisation de plusieurs pilules prises à intervalles réguliers. Dans ce cas, les conséquences négatives de l’avortement sont minimes, car aucune intervention chirurgicale n’est requise.
  • Aspiration sous vide ou mini-avortement, qui est effectuée au plus tard en 7 semaine. Lors de la manipulation, l’ovule et l’embryon sont retirés de la cavité utérine à l’aide d’un instrument spécial. Les conséquences sont imprévisibles, car une grossesse après un avortement pratiqué de cette manière peut ne pas se produire en raison de la fermeture de la lumière des trompes de Fallope ou d’autres modifications pathologiques des organes pelviens.
  • Curetage ou avortement chirurgical. L’intervention est réalisée sous anesthésie générale et consiste à racler le fœtus la cavité utérine ainsi que la muqueuse. À la suite de la procédure, l’état de l’utérus s’aggrave, il existe des risques élevés d’adhérences, de cicatrices et de dommages au col de l’utérus.

Malgré l’indolence et la sécurité relative de certaines méthodes d’avortement, la probabilité d’infertilité demeure tout de même. Pour éviter des conséquences négatives lors d’un avortement, il est nécessaire d’effectuer des manipulations dans un établissement médical et de suivre les recommandations du médecin pour restaurer le corps.

Causes et statistiques de l’infertilité après avortement

Les principales sources d’infertilité après un avortement médicamenteux sont:

  • Troubles hormonaux, puisque l’interruption artificielle de grossesse est un stress pour le corps féminin
  • Formation d’adhérences sur les parois internes des organes du système reproducteur, ce qui affecte négativement le mouvement de l’ovule dans l’utérus

Selon les statistiques de grossesse après avortement, 10 % des femmes sont confrontées à l’infertilité après son interruption par les médicaments. Dans le même temps, en utilisant des méthodes traditionnelles pour se débarrasser du fœtus, en se référant à des spécialistes non vérifiés, elles augmentent jusqu’à 40% le risque d’infertilité. L’avortement n’est pas particulièrement recommandé pour les filles qui n’ont jamais accouché ou pour celles qui ont eu une césarienne. L’interruption de grossesse est également contre-indiquée en cas d’oncopathologies de l’utérus, pour une période de plus de 20 semaines, car dans ce cas, il existe de grands risques non seulement d’infertilité, mais également une menace pour la santé et la vie de la femme.

Comment éviter les conséquences d’un avortement ?

Pour minimiser la probabilité de conséquences négatives, il convient de respecter les recommandations suivantes :

  • Faire un examen complet pour évaluer l’état de la cavité utérine après la manipulation
  • Consultez immédiatement un médecin si vous ressentez le moindre changement
  • Suivez un traitement hormonal et prenez des médicaments anti-inflammatoires pendant un certain temps (si nécessaire)
  • Élimine même l’hypothermie minimale du corps jusqu’à ce qu’elle soit complètement restaurée

Pendant la période de récupération, il vaut la peine de refuser de visiter les bains publics, le sauna, la piscine et les bains chauds. La grossesse après un avortement est souvent à risque en raison du non-respect de l’abstinence sexuelle après manipulation. Une femme est tenue de s’abstenir de rapports sexuels pendant 2-3 semaines et d’exclure également la consommation de boissons alcoolisées. Dans les premiers mois après un avortement, il est important d’utiliser des contraceptifs – afin d’éviter le début d’une nouvelle grossesse et un stress supplémentaire sur le système reproducteur.

Traitement de l’infertilité après avortement

Si une femme est confrontée à l’infertilité après un avortement, ce problème peut être éliminé en cherchant une aide médicale à temps. Le succès du traitement dépend en grande partie de la nature et de la cause de la pathologie. Les mesures thérapeutiques sont sélectionnées en fonction des résultats d’un diagnostic complet et peuvent être les suivantes:

  • Prise de médicaments hormonaux, si l’impossibilité de concevoir est associée à un déséquilibre hormonal. Le but de la thérapie est de restaurer le cycle menstruel et de stabiliser le travail des glandes endocrines dans le corps
  • Physiothérapie et traitement médicamenteux, qui sont prescrits en cas d’infertilité dans le contexte de processus inflammatoires

Si, à la suite d’un avortement, la structure des tissus des organes du système reproducteur change, des adhérences et des cicatrices se forment, entraînant une obstruction des trompes de Fallope, une intervention chirurgicale est alors indiquée. La durée et le coût du traitement dépendent de la gravité du processus pathologique, bien qu’il ne donne pas toujours un résultat positif.

S’il n’est pas possible de tomber enceinte après un avortement, le traitement médicamental et chirurgical ne donne pas de dynamique positive, les experts recommandent d’utiliser les technologies de procréation assistée. Le centre de maternité de substitution VittoriaVita est prêt à fournir assistance et soutien aux couples qui ne peuvent pas avoir d’enfants après un précédent prélèvement médical d’embryons. Des spécialistes hautement qualifiés sélectionnent la méthode de fécondation appropriée (FIV, IUI, utilisation d’ovules et de sperme de donneuses) ou une gamme de services de maternité de substitution pour créer une famille à part entière et trouver le bonheur d’être parents.

De quoi avoir peur pendant la grossesse après un avortement?

Si une femme parvient néanmoins à tomber enceinte après un avortement antérieur, il vaut la peine d’effectuer un contrôle médical particulièrement attentif, car dans ce cas le risque d’avortement spontané augmente. Pour le minimiser, il faut s’inscrire chez un gynécologue expérimenté, qui vous recommandera les mesures nécessaires pour préserver le fœtus.

Il est également intéressant de noter que lorsque la grossesse survient quelques semaines ou quelques mois après le curetage, les risques d’hémorragie interne, de rupture des parois utérines et d’autres complications graves sont élevés. Les contraceptifs sont les méthodes les plus sûres pour éviter toutes les conséquences négatives.

Vous pouvez être intéressé par:
Méthodes ICSI, PICSI et IMSI, quelle est la différence? 23.06.2021
Méthodes ICSI, PICSI et IMSI, quelle est la différence?
Aujourd’hui, de nouvelles méthodes de fécondation in vitro sont à notre disposition, visant à éliminer les problèmes du côté masculin. En effet, parfois, la qualité du sperme ne lui permet pas de pénétrer dans l’ovule, même en étant dans la même éprouvette.
Lire la suite
Signes et symptômes de l’infertilité masculine 30.04.2020
Signes et symptômes de l’infertilité masculine
Aujourd’hui, l’infertilité est une maladie répandu non seulement chez les femmes, mais aussi chez les hommes. Dans le monde, environ 15-20% des couples ont des problèmes de conception. Dans 40-50% des cas, la cause de l’infertilité est considérée comme un homme et ses problèmes avec la fonction reproductrice.
Lire la suite
Tesa / Tese / Pesa / Mesa 27.10.2021
Tesa / Tese / Pesa / Mesa
Ce n'est pas toujours qu'on peut trouver des cellules germinales mâles dans le sperme des patients. Il arrive aussi que le sperme obtenu de l'éjaculat soit loin d'être de la meilleure qualité. Biopsie testiculaire - une procédure chirurgicale pour extraire les cellules germinales.
Lire la suite